Les Franks: John et Jacob

Beaucoup de choses à dire…
Par quoi commence-t-on quand on a beaucoup a raconter?
Un « petit comique » (comme on dit quelques fois ici) pourrait dire qu’on commence par le début… Ouan, d’accord.
Disons que le début de mon histoire avec mes ancêtres Franks a bel et bien débuté quand ma mère me disait que l’on descendait, entre autres, d’un juif. Et le second chapitre de l’histoire est ce que j’ai relaté dans mon premier article, la découverte de cet ancêtre, Jacob, par l’acte de mariage de sa fille, Appoline, ma 4x arrière grand-mère.
La vie de Jacob est vraiment intéressante, il est mis en scène dans tellement de contextes et d’évènements de son époque que j’ai peine maintenant a tout comprendre. En vue de raconter sa vie je devrais me plonger dans de nombreuses lectures. Assidument. J’ai déjà commencé, mais je suis loin de tout avoir assimilé. Il m’en faudra du temps…
Et si le petit comique de tantôt avait raison et qu’on commençait par le début, en quelque sorte. Et Jacob, lui, qui est son père?

30 avril 1784 signatures

Extrait du contrat passé chez le notaire P. Mézières le 30 avril 1784 à Montréal.

Sur ce document on y voit la signature de deux Franks. Celle du dessous est la signature d’un tout jeune homme d’environ 14 ans, Jacob. Son père, John, vient de l’engager comme apprenti auprès des négociants Kay and Holt de Montréal pour lui apprendre l’art du commerce. Pour ce faire , il partira pendant 3 années consécutives comme tous les engagés des « Païs d’en Haut ». Pendant ce temps, il sera logé, nourri et devra être traité « avec douceur et humanité » et l’apprenti devra apprendre « de son mieux » et obéir à tout ce qu’ils (les négociants) lui commanderont de « licite et honête ».
John Franks est un marchand, un négotiant, lui aussi. Il vit à Montréal depuis quelques années déjà. Il a aussi vécu à Québec, où il est arrivé vers 1763 et il retournera y vivre. Il a fait aussi un passage à Philadelphie et à Halifax à la fondation de la ville comme avant poste britannique en 1749.
Sa vie est toute aussi intéressante que celle de son fils Jacob, et c’est sans parler de d’autres membres de sa famille.
Y’a de quoi m’occuper… Y’a surtout de quoi raconter!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s