Jérémie Lauzon et Antoinette Éthier ont la bougeotte.

Un couple trotte souvent dans mes pensées. Jérémie Lauzon et Antoinette Éthier. Je pense à eux lorsque je vais voir mon acupuncteure sur le Plateau Mont-Royal. Je sors du métro sur la rue Laurier et la grosse église St-Denis juste en face me fait voyager jusqu’à eux…

eglise-st-denis-montreal-imtl.org_-1

Église St-Denis de Montréal. Incendiée en 1931 elle a conservée ses murs de 1911. (imtl.org)


J’ai trouvé des photos en ligne… Je vous dis pas la joie!!  Ces images sont dans un album qui soulignait le jubilé de la paroisse de Ste-Agathe-des-Monts de 1911. Sur la page du livre est dit: « Groupe de colons établis à Ste-Agathe-des-Monts de 1861 à 1865 » et dans le coin inférieur droit apparait deux visages soustraits à une autre époque. Un bonhomme la couronne de cheveux et la barbe  blanche en collier longue et la bonne femme, « Dame J. Lauzon », les cheveux bien tirés vers l’arrière et le visage lisse et sérieux de quelqu’un qui ne peut pas sourire pour la photo (peut-être ne le voulait-elle pas non plus…!).

jeremie-lauzon-et-antoinette

Page tirée de l’Album historique du cinquantenaire de la paroisse Ste-Agathe-des-Monts, 1861-1911.


les-c3a9vc3a8nements-de-37-38-les-ruines-de-st-benoit-banq-numc3a9rique

Le Monde Illustré 5 nov. 1887.

« Dame J. Lauzon » est Antoinette Éthier, fille d’André et de Josette Goyer dit Bélisle. Elle nait en 1826 à St-Benoit. Onze ans avant les Rebellions des Patriotes qui mettront à mal le village de St-Benoit.

Et, le bonhomme c’est Jérémie Lauzon, fils d’Étienne Lauzon et de Marie-Louise Vinet né, aussi, à St-Benoit en 1821.

eglise-st-eustache-wikipedia-1

Église de St-Eustache. On peut encore y voir les traces des boulets lancés lors des Troubles de 1837. (Wikipédia)

Antoinette et Jérémie se marient au printemps de 1845 à St-Eustache, non loin de St-Benoit (mon grand-père Fernand Chartrand, mon père et moi-même, sommes nés à St-Eustache et avons été baptisés dans cette même église où les Patriotes ont été battus par les forces anti-Patriotes lors des Troubles de 1837-38).

Les premières années du couple se déroulent à St-Eustache où Jérémie est forgeron. Il achète de son beau-frère une terre sur le bord du lac des Deux-Montagnes. Les premiers enfants y naissent.

Le premier mouvement familial se fait entre la fin de 1850 et l’hiver de 1852. Ils retournent dans leur village natal de St-Benoit avec les quatres enfants nés à St-Eustache. Trois autres enfants suivront, nés à St-Benoit, et parmi eux une petite Olivine née en novembre 1852, mon ancêtre. Jéremie est cultivateur, Il achète une terre à la « Grande Fresnière » sur le bord de la rivière au prince.

Puis, ils sont à Montréal en 1859, plus précisement, au Village St-Jean-Baptiste. Ce village est aujourd’hui une partie du Plateau Mont-Royal, tout autour de la rue Rachel. Le couple et leur sept enfants habitent une maison de bois à un seul étage. Jéremie est journalier. Travaille-t-il dans les carrières du village qui donnent aux habitants le nom de pieds-noirs?

Société d'histoire du Plateau-Mont-Royal

Image de la Société d’histoire du Plateau Mont-Royal.

1861 commence à Montréal pour la famille mais elle se poursuit dans les Pays d’en Haut (les Laurentides) car une fille y est baptisée à Ste-Adèle. Il faut se rappeler que le train ne se rend pas encore à St-Jérôme à cette époque, il y a, par contre, un chemin carrossable entre St-Jérôme et Ste-Agathe. Et même le « gros curé », Antoine Labelle, n’arrivera dans le « Nord » qu’en 1868!

maison de colon-le monde illustré juin1895. BAnQ. jpg

Le Monde Illustré-juin 1895. BAnQ.

Jérémie y achète une terre sur le 7e rang du canton Morin de la paroisse de Ste-Agathe-des-Monts (autour du lac Paquin, dans ce qui sera plus tard Val-David).

Il la revend et achète, en deux temps, trois lots plus grands dans le canton de Beresford, toujours à Ste-Agathe, près du village et entre les lacs Brûlé et de la Truite, sur le bord de la rivière du Nord aux limites du canton de Doncaster.

 

Inkedcanton beresford 3(banq)_LI

Plan officiel de la paroisse de Ste- Agathe des Monts, canton de Beresford, comté de Terrebonne (18??). BAnQ.

La famille habite la région pendant plus de 20 ans. Jérémie est cultivateur.

Puis, retour à Montréal! Le retour s’est fait entre 1884 et 1891. Ils habitent la Côte St-Louis, un peu plus au nord du village St-Jean-Baptiste, mais toujours dans ce qui est maintenant le Plateau Mt-Royal, sur The Boulevard, plus tard St-Joseph.

boulevard-st-joseph-et-son-mail-pietonnier-la-patrie-29-mai-1909

Le boulevard St-Joseph de Montréal. Tirée de La Patrie du 19 mai 1909.

Jérémie et Antoinette y vivent leurs dernières années. Ils sont propriétaires du lot où ils habitent sur la rue St-Joseph. J’ai figuré que ça correspondait à peu près à l’emplacement de la sortie St-Joseph du métro Laurier (grosso modo).

Jérémie fait son dernier testament le jour de son décès, le 9 août 1907 à 87 ans.  Il laisse tout à sa veuve et à ses filles célibataires.

Antoinette lui survivra 12 années, elle meurt en décembre 1919 à St-Denis de Montréal, agée de 93 ans.

Les deux vieux compagnons de vie sont inhumés à Ste-Agathe. Ils auront eu 11 enfants ensemble.

Ils ne sont pas les seuls à cette époque à se déplacer autant, on peut mentionner par exemple la migration vers les États-Unis. Les bonnes terres dans le Nord (les Laurentides) ainsi que dans ce qui deviendra la région de Lanaudière sont rares et les mauvaises années de récolte ont souvent vaincues la bonne volonté des colons.

 

 

De eux à nous:

Jérémie Lauzon et Antoinette Éthier; puis leur fille Olivine Lauzon mariée à Israël Lefebvre en 1874 à Ste-Agathe; puis leur fils Fridolin Lefebvre marié à Cordélia St-Jacques en 1911 à St-Joseph-du-lac; puis leur fille Gilberte Lefebvre mariée à Fernand Chartrand en 1943 à St-Eustache; puis mon père Pierre né en 1944 à St-Eustache.

 

Sources:

-Album historique publié à l’occasion du cinquantenaire de la paroisse Ste-Agathe-des-Monts, 1861-1911. http://www.canadiana.ca/view/oocihm.74041/2?r=0&s=1

-Laporte, Gilles; Brève Histoire des Patriotes, Septention, 2015, Québec.

-Informations sur les recensements canadiens de 1851 et 1861 sur le site de Bibliothèque et Archives Canada.

Généalogiequébec.com– l’outil « Le Lafrance ».

-Petite histoire du village St-Jean-Baptiste de Montréal sur les sites: https://ici.radio-canada.ca/premiere/premiereplus/societe/p/119038/il-etait-une-fois-le-plateau-mont-royal

Et; http://patrimoine.ville.montreal.qc.ca/inventaire/fiche_zone.php?zone=oui&requete=simple&id=1084 , et https://archivesdemontreal.ica-atom.org/municipalite-de-la-ville-de-saint-jean-baptiste-montreal-quebec

-Et quelques pages sur l’histoire de St-Benoit: https://www.erudit.org/fr/revues/hq/1997-v3-n1-hq1057450/11187ac.pdf

https://www.ancestry.ca/ pour la recherche de recensements, de BMS et d’actes notariés.

Ainsi que le site de la BAnQ pour la consultation de cartes, de journaux et d’actes notariés.

Une réflexion sur “Jérémie Lauzon et Antoinette Éthier ont la bougeotte.

  1. A chaque lecture, j’apprécie le style de tes billets qui me transportent dans ton beau pays, au-delà de l’océan. Tu réussis à rendre familière la vie de ces ancêtres que l’on voit évoluer près de chez toi.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s